$(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

Les noms des félins - Grands félins

Photos par votre webmastrice, tous droits réservés

Les félins, ou félidés (Felidae) constituent une grande et belle famille ayant toujours fasciné votre webmastrice, qui a de là voulu percer tous leurs mystères. L’un d’eux : d’où viennent et que signifient leurs noms ? C’est cette curiosité qui m’a amenée à étudier le latin, puis le grec ancien, et à aujourd’hui être diplômée en lettres classiques. Tout ça au départ pour avoir voulu saisir l’étymologie des noms des félins !

Partons maintenant à la découverte des résultats de cette enquête…

Partie 1 : Les grands félins

Partie 2 : Petits félins de grande taille

Partie 3 : Les petits félins

Panthère, Refuge de l'Arche - Tous droits réservés

Le mot « félin »

Le terme de félin nous provient du latin classique felis, traduit le plus souvent par « chat », mais qui pouvait aussi désigner d’autres petits carnivores chasseurs de rongeurs, comme la genette, le putois ou la martre. Notons que le mot felis dérive lui-même de feles, à savoir « voleur ». C’est dire la piètre estime des romains pour les chats !

La passion pour les chats et autres félins s’appelle l’ailurophilie. Là, on doit regarder du côté du grec ancien et de son mot pour désigner le chat, aïlouros, qui signifie littéralement « animal à la queue qui remue », référence à l’appendice caudal très expressif des félins. Latinisé en ailurus, on le retrouve dans le nom scientifique de nombreux petits félins.

Chat domestique, Refuge de l'Arche - Tous droits réservés

Panthera : les plus grands félins

Commençons par un félin purement asiatique : le tigre. Les grecs de l’Antiquité employaient déjà le terme de tigris, emprunté à un dialecte d’origine iranienne, mot repris ensuite en latin. Notre « tigre » en est directement dérivé. Notons que tigris était à l’origine un nom féminin. Par ailleurs, le terme a longtemps désigné non seulement notre tigre, mais à peu près tout félin de grande taille hors lion, surtout ceux avec des motifs. Encore aujourd’hui, on nomme ainsi « tigre » le jaguar dans de nombreux pays sud-américains.

Tigre de Sumatra, Doué la Fontaine - Tous droits réservés

Le mot « lion » nous vient aussi du grec ancien, toutefois pas du classique mais d’un dialecte moins courant et plus vieux. On appelait alors le lion lis, terme dérivé d’une racine signifiant « puissant ». De là, on a appelé le lion leon en grec ancien classique, d’où vient le latin leo. Notre « lion » provient de l’accusatif latin leonem. Le féminin français « lionne » vient lui du féminin du latin leo, à savoir leona. En latin classique, on rencontre aussi lea. Léo, Léonard, Léa, Léona…une bonne variété de prénoms actuels dérivent de ces racines latines et désignent le grand félin à crinière !

Lion, Doué la Fontaine - Tous droits réservés

Vient ensuite le léopard, ou panthère. Le terme adéquat chez les anciens était pardos en grec et pardus en latin, issu d’une racine signifiant « tacheté ». Cela a donné la dénomination « pard » en ancien français. Mais alors, pourquoi disons-nous « léopard » ou « panthère » et non pas « pard » ? Cela provient d’une bête erreur de compréhension ! On retrouve en effet dans les textes un animal appelé leopardus, qu’on pensait issu du croisement entre le lion et la femelle du « pard ». Le cryptozoologiste Heuvelmans pense que le leopardus était en fait le lion sans crinière du Sahel, mais, improprement appliqué, ce terme a fini par désigner un tout autre félin et a donné notre « léopard ».

Le mot « panthère » nous vient lui du grec ancien, où pan thêr peut à la fois signifier « toute bête » ou « bête totale », ce qui, pour reprendre Heuvelmans, veut à la fois tout et rien dire ! D’autre part, c’était en Grèce antique le nom courant de…la genette ! Puis, latinisé en panthera, devenu en français « panthère », le terme a servi à désigner jusqu’à une époque récente tout grand félin tacheté : notre panthère bien sûr, mais aussi le guépard ou encore le jaguar. Quelle confusion ! Le terme, précisé, servira aussi à nommer un certain nombre de carnivores tachetés.

En fin de compte, l’appellation d’origine de « pard », « le tacheté » si bien trouvé, s’est perdue au profit de noms au départ pas du tout destinés à notre actuelle panthère/léopard.

Panthère du Sri Lanka, Doué la Fontaine - Tous droits réservés

Retour en Asie, avec la panthère des neiges. Encore ce fameux « panthère ». Le complément du nom « des neiges » fait bien sûr référence au milieu d’origine de l’espèce, les montagnes et steppes souvent enneigées. Approprié donc. Approprié, son autre nom d’once l’est nettement moins. A l’origine ce terme désignait en effet…le lynx ! lynx en latin classique, lyncea en latin tardif, luncia en latin médiéval, lonce en ancien français et enfin l’once, voilà comment le lynx est devenu once. On rajoute encore à la confusion. On a fini par ne plus savoir quel félin de grande taille était cette mystérieuse « once », et c’est ainsi que le nom a échoué au moins connu des grands tachetés. Le troisième terme, plus rare en français,  d’« irbis », est lui le nom vernaculaire de l’espèce dans les pays de langue slave.

Panthère des neiges, Doué la Fontaine - Tous droits réservés

Enfin vient l’américain du lot : le jaguar. Les premiers européens à débarquer dans le Nouveau Monde l’ont appelé « tigre » (espagnol) ou « onça » (portugais), noms restés encore courants de nos jours. Pauvre jaguar, se faire traiter de tigre ou de lynx… On dit souvent que son nom actuel signifie « celui qui tue d’un bond ». Un peu moins poétique, en langue tupi le mot yaguara, qui a donné notre « jaguar », désigne en réalité n’importe quel carnivore de bonne taille, du chien au jaguar !

Jaguar, Parc des Félins - Tous droits réservés

Neofelis : les panthères nébuleuses

Les derniers grands félins, les moins imposants, sont les panthères nébuleuses, aussi appelées panthères longibandes ou, plus rarement car ce terme est devenu vieillissant, léopards tachetés. Nous avons déjà vu d’où viennent « panthère » et « léopard ». Le mot « nébuleuse » vient du latin nebula, qui signifie « nuage ». Le terme longibande est lui peut-être une contraction de « longue bande ». Les deux adjectifs se réfèrent à la forme si particulière des motifs du pelage de ces félins. Pour distinguer les deux espèces enfin, on rajoute l’origine géographique, ce qui est assez courant aussi pour les sous-espèces : panthère nébuleuse continentale et panthère nébuleuse de Bornéo.

Panthère nébuleuse, la Boissière du Doré - Tous droits réservés

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site