$(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

Tigres versus huile de palme : quand l’industrie menace les félins

Hors Wikimedia commons, photos par votre webmastrice, tous droits réservés
 

L’huile de palme, tant décriée aujourd’hui en 2016, tellement qu’on a un temps songé à la taxer, avant que le gouvernement français ne fasse marche arrière face à la pression des grandes entreprises. Qu’en est-il vraiment ? Cette huile que l’ont trouve aujourd’hui partout dans les produits industriels est-elle si dangereuse qu’on le dit pour notre santé et pour l’environnement, dont les félins ?

Chat pêcheur, Refuge de l'Arche - Tous droits réservés

 

Qu’est ce que l’huile de palme ?

L’huile de palme est produite à partir du fruit d’une plante tropicale originaire d’Afrique, le palmier à huile. Au cours du XXème siècle, elle a progressivement supplanté comme huile végétale principalement utilisée en Occident les plus traditionnelles huiles de tournesol, de colza ou d’olive, et ce en raison du faible coût de production de l’huile de palme. C’est simple, aujourd’hui on en trouve PARTOUT, et sous de nombreux noms : huile de palme, palmiste, huile végétale hydrogénée, ou simplement huile végétale. On en extrait aussi des acides gras et un colorant rouge, le beta-carotène. Tous ces éléments sont extrêmement répandus dans l’industrie alimentaire (à 80%), mais aussi les industries cosmétique et pharmaceutique. Lisez les étiquettes, vous vous rendrez vite compte de l’omniprésence de cette huile.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/05/OilPalm_DSC_9183.JPG/1024px-OilPalm_DSC_9183.JPG

L’huile ou les tigres ?

Vous l’aurez compris, l’huile de palme est absolument partout. L’industrie en consomme chaque année des quantités juste phénoménales, une matière première qu’il faut bien produire. 2 pays d’Asie du Sud-Est, l’Indonésie (majoritairement) et la Malaisie, produisent à eux deux plus de 85% de l’huile de palme consommée dans le monde. Pour planter tous ces palmiers à huile, il a fallu créer des exploitations, et défricher de vastes étendues de forêt. C’est sans doute sur l’île indonésienne de Sumatra, qui fournit beaucoup d’huile de palme, que les effets sont les plus dramatiques. Entre 1985 et 2008, Sumatra a perdu la moitié de ses forêts, et le rythme va en s’accélérant. Une des principales victimes : le tigre de Sumatra. Le fait est là : entre 2010 et 2016, la population sauvage de tigres a augmenté de 20%, les populations sont stables pour le tigre de Malaisie, et augmentent partout ailleurs où on trouve encore des tigres en Asie…sauf à Sumatra, où la plus petite des sous-espèces continue de décliner, car les plantations empiètent toujours plus sur le territoire de ces félins, coincés sur leur île où ils sont en danger critique d’extinction. Tigres et plantations ne peuvent pas cohabiter. Il va falloir faire un choix.

Tigre de Sumatra, Doué la Fontaine - Tous droits réservés

 

            Déforestation à outrance

Est-il possible de cultiver des palmiers à huile sans porter atteinte à la biodiversité ? Faut-il croire ces labels « huile de palme durable » attribués par des associations comme WWF ou Greenpeace ? La réponse est NON. Ces plantations sont à échelle industrielle, peu d’herbivores y survivent et les quelques espèces capables de manger les fruits du palmier à huile et s’y aventurent, comme les éléphants d’Asie, se font impitoyablement massacrer car ils font perdre du rendement. Les autres (dont des espèces endémiques à l’Indonésie comme les orang-outans, plusieurs gibbons, les extrêmement rares rhinocéros de Sumatra et Java…) vont eux mourir de faim. Il n’y a plus d’herbivores, et à leur tour les carnivores disparaissent. L’Indonésie abrite à elle seule 8 espèces de félins, dont 2 endémiques : la panthère nébuleuse de Bornéo et Sumatra (Neofelis diardi) et le chat bai de Bornéo (Pardofelis badia). Des sous-espèces en grand danger d’extinction sont également endémique à l’Indonésie (tigre de Sumatra, panthère de Java), ainsi que des petits félins plus méconnus mais parfois fortement menacés (chat à tête plate, chat pêcheur, chat marbré, chat de Temminck…).

Chat de Temminck, Parc des Félins - Tous droits réservés

Perde la forêt au profit des plantations de palmier à huile où le peu de faune sauvage qui survit se fait massacrer, c’est perdre ces précieux félins et tout le reste de l’extraordinaire biodiversité indonésienne. 50% des forêts déjà perdues en 2008, et cela continue, dans l’indifférence générale… Avez-vous seulement entendu au journal télévisé parler des terribles incendies déclenchés à l’été 2015 à Sumatra et Bornéo ? De grands industriels ont volontairement mis le feu afin de défricher, de libérer des terres pour y planter des palmiers à huile, et ont perdu le contrôle (ou l’ont fait exprès pour défricher plus qu’autorisé ?). Cela se produit chaque année, mais les feux de 2015 ont été aggravés par le phénomène climatique El Niño. Bilan : près de 2 millions d’hectares de forêts dévastées avec toute la faune qui y vivait brûlée vive, des centaines de milliers d’indonésiens intoxiqués par les fumées, des terres devenues inhospitalières pour les animaux comme les hommes. Une catastrophe écologique et humanitaire, juste pour remplir les poches de quelques grands industriels cupides…

Panthère nébuleuse, la Boissière du Doré - Tous droits réservés

 

            Des effets secondaires pervers

La déforestation prive les animaux de leur habitat, et là arrivent de nouveaux dangers pour nos chers félins et le reste de la biodiversité. Le plus flagrant est l’augmentation du conflit entre hommes et animaux, particulièrement flagrant avec les grands carnivores comme les tigres de Sumatra, qui vont venir chercher le bétail dans les villages, et parfois même devenir mangeurs d’hommes, face à la disparition de leurs proies normales. Certains appellent ces attaques la « vengeance du tigre », des félins auparavant ignorants des hommes qui désormais les tuent car on leur a pris leur territoire. Certains tigres sont capturés, parfois relâchés dans des régions peu peuplées, mais le plus souvent finissent leur vie en captivité, soit par peur qu’ils attaquent de nouveau, soit car ils ont été blessés lors de captures parfois très violentes, lorsqu’ils ne sont pas carrément tués…

Tigre de Sumatra, la Boissière du Doré - Tous droits réservés

Autre résultat, la fragmentation du territoire des félins. Le premier élément est que les plantations, en ouvrant des voies à travers la forêt, rendent celle-ci plus accessible aux braconniers. Les restes des tigres, panthères et panthères nébuleuses d’Indonésie alimentent de plus en plus le marché noir chinois.

Plus pervers et moins décelable, cette fragmentation du territoire va aussi isoler les populations animales les unes des autres. Pour des espèces ou sous-espèces aux effectifs déjà faibles par avance, comme le tigre de Sumatra, on va alors voir apparaître de la consanguinité par manque pour les individus de partenaires non-apparentés, et tous les problèmes qui en résultent : maladies congénitales, malformations, plus grande sensibilité aux épidémies, baisse de la fertilité…

Tigre de Sumatra, Doué la Fontaine - Tous droits réservés

 

            Comment aider les tigres de Sumatra et tous les autres ?

La seule solution pour essayer d’enrayer cette catastrophe, en Indonésie mais aussi dans les autres régions du monde productrices d’huile de palme à plus petite échelle mais où vivent aussi des félins et autres espèces menacées (Amérique centrale, Colombie, Indochine, Nigéria…) : le boycott de cette huile mauvaise pour tous à part pour les grands industriels qui la vendent et s’enrichissent au prix de la santé des gens (autochtones chassés, exploités ou intoxiqués par les feux comme consommateurs pour la santé desquelles cette huile est douteuse) et de la vie de nombreuses espèces animales et végétales. On essaye de vous cacher tous ces faits, de vous faire gober que l’huile de palme est sans danger, qu’elle peut même être écologique ! L’HUILE DE PALME DURABLE N’EXISTE PAS !!!! Ne croyez pas les logos apposés pourtant par des associations connues, mais corrompues par l’argent des grands industriels. Ce logo « durable » ne reflète aucune réalité, il est juste acheté. En exemple, des phrases comme celle-ci de Greenpeace : nous n'avons jamais demandé que l'on boycotte l'huile de palme en général, mais seulement celle produite en ayant recours à la déforestation (Le Monde 19/11/12). Quelle hypocrisie ! Et que dire de la « taxe Nutella » imaginée par le gouvernement français, mais finalement totalement abandonnée début 2016 sous la pression des grands industriels ? Un pas en avant, deux pas en arrière, des consommateurs qui ne savent plus qui croire.

Si vous tenez aux tigres de Sumatra, aux panthères nébuleuses, et à tous les autres habitants de leurs écosystèmes si riches, cessez de consommer de l’huile de palme et tous ses dérivés. De plus en plus de marques prennent conscience de cette volonté et proposent désormais des produits sans huile de palme. Achetez-les, ils seront meilleurs pour votre santé et pour la nature ! L’Union Européenne est le 3ème consommateur mondial d’huile de palme : si les européens sont nombreux à cesser d’en consommer, l’impact peut être énorme.

Alors si vous aimez les tigres, bannissez l’huile de palme et répandez l’information !

Bébés tigres de Sumatra (7 semaines), Doué la Fontaine - Tous droits réservés

 

Quelques liens pour apprendre à détecter l’huile de palme et s’informer sur les actions d’associations sérieuses :

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×