$(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

Ocelot

Hors Wikimedia commons, Photos par votre webmastrice. Tous droits réservés

L'ocelot

Ocelot, Zoo de la Flèche - Tous droits réservés

Les chats tachetés d'Amérique


L'ocelot ( Leopardus pardalis ) fait partie des 10 espèces de félins qu'on trouve en Amérique du Sud. La lignée ayant conduit au genre Leopardus, qui regroupe 7 espèces dont l'ocelot, est la première lignée de félins encore existante arrivée en Amérique du Sud, il y a 10 à 12 millions d'années, bientôt suivie de celles des genres Puma ( puma et jaguarondi ), et Panthera ( jaguar ). L'ocelot est la plus grande espèce du genre Leopardus. Les chats de ce genre présentent une particularité génétique par rapport aux autres félins : alors que ceux-ci possèdent 19 paires de chromosomes, les Leopardus n'en ont que 18. Le parent le plus proche de l'ocelot est le margay.
On recense 11 sous-espèces d'ocelot, basées sur des critères géographiques, classification établie entre le XVIIIème et le XXème siècle :
- Leopardus pardalis pardalis : Amazonie
- Leopardus pardalis aequatorialis : Nord des Andes
- Leopardus pardalis albescens : Mexique, Texas
- Leopardus pardalis maripensis : Venezuela, Guyana
- Leopardus pardalis mearnsi : Amérique centrale
- Leopardus pardalis mitis : Argentine, Paraguay
- Leopardus pardalis nelsoni : Mexique
- Leopardus pardalis pseudopardalis : Colombie
- Leopardus pardalis puseaus : Équateur
- Leopardus pardalis sonoriensis : Mexique
- Leopardus pardalis steinbachi : Bolivie

Ocelot, Parc des Félins - Tous droits réservés

 

A ne pas confondre avec . . .


Il existe en Amérique du Sud 3 petits félins qui se ressemblent beaucoup. Ocelot, margay et oncille doivent à leurs ressemblances d'avoir autrefois été classés ensemble dans le genre Leopardus. Dans les classifications plus récentes, ce genre rassemble presque tous les petits félins d'Amérique du Sud.
L'ocelot est le plus grand des 3, pouvant atteindre jusqu'à 1 mètre 50 et peser plus de 10 kg. Il évolue dans des milieux divers : marais, prairie, forêt tropicale, broussailles. Bien que bon grimpeur, il évolue la plupart du temps au sol. L'ocelot peut être assez trapu et possède une queue relativement courte.
Son plus proche parent, le margay, est déjà plus petit, mesurant de moins un peu moins d'1 mètre à 1 mètre 20 pour un poids moyen de 3 ou 4 kg. On le rencontre uniquement en forêt. Plus agile des félins, il passe l'essentiel de son temps dans les arbres. Le margay possède une très longue queue et de grands yeux ronds caractéristiques.
L'oncille, aussi appelée chat tigre ou chat ocelot, est la plus petite. Elle ne dépasse pas un mètre de long et pèse moins de 3 kg. Elle évolue surtout au sol mais est agile grimpeuse. On la rencontre surtout dans les forêts d'altitude, mais aussi dans la forêt tropicale de plaine. Un spécimen sur 5 en moyenne est noir.

Le plus grand de son genre


L'ocelot est la plus grande espèce du genre Leopardus et le troisième félin d'Amérique du Sud par la taille, après le jaguar et le puma. Il mesure de 87 cm à 1 mètre 50 de long, dont 26 à 50 cm pour la queue, et 40 à 50 cm au garrot environ. Le poids de l'ocelot est généralement compris entre 9 et 15 kg, mais des individus pesant jusqu'à 18kg, voire plus, ont été reportés.

Ocelot, Zoo de la Flèche - Tous droits réservés

 

Cycle de vie


Chez les ocelots, les naissances peuvent avoir lieu toute l'année, l'espèce vivant dans des régions chaudes. Après une gestation de 82 jours, la femelle met bas, généralement d'un seul petit. On a vu des portées comptant jusqu'à 4 chatons, mais 2 ou 3 sont déjà des cas peu courants. Les petits ocelots ouvrent les yeux entre 15 et 18 jours et sont sevrés vers 7 semaines. A 3 mois, ils commencent à explorer leur environnement, mais n'accompagneront pas leur mère à la chasse avant l'âge de 6 mois. A un an ils sont déjà quasiment autonomes, mais ne prendront leur indépendance totale que vers 2 ans, âge où ils atteignent leur maturité sexuelle. Une femelle pourra avoir une portée tous les 2 ans. A l'état sauvage, l'espérance de vie moyenne d'un ocelot est de 7 à 10. Elle peut atteindre le double en captivité, le record étant de 21 ans.

Jeune ocelot de 5 mois, Zoo de la Flèche - Tous droits réservés

Un bon nageur


Qui a dit que les félins n'aimaient pas l'eau ? Au contraire, une bonne part sont même d'excellents nageurs ! L'ocelot en fait partie. Parmi ses habitats figurent les marais et la forêt tropicale, des milieux très humides. L'ocelot n'hésite pas à se jeter à l'eau pour saisir une proie. S'il n'est peut être pas aussi à l'aise qu'un jaguar dans l'élément aquatique, c'est toutefois lui aussi un bon pêcheur.

Hybrides


On recense 3 hybrides différents d'ocelots : l'ocebob, croisement d'un ocelot mâle avec un bobcat femelle, le marlot, entre un margay mâle et un ocelot femelle, et l'ocema, entre un ocelot mâle et un puma femelle.
A la fin des années 1960, un éleveur du Texas se spécialise dans l'élevage d'ocebobs. Les parents de ces félins sont une mâle ocelot, Seymour, venu du Mexique, et une femelle bobcat du Texas. La première naissance a lieu en 1966 avec un mâle, Bruni. Un des ocebobs sur lequel on a le plus d'information est un mâle, Fenwick, né 1967. Fenwick était un félin élancé, décrit comme élégant, tacheté comme un ocelot, avec une queue légèrement plus longue que celle d'un bobcat et de courts pinceaux de poil aux oreilles. Ses propriétaires espéraient qu'il ait une portée avec leur femelle puma, McCavity, pour créer un nouvel hybride, mais Fenwick, comme la quasi totalité des félins hybrides mâles, s'est avéré stérile. Une femelle, Maggie, est née en 1970.
L'idée d'hybrider ocelot et margay, 2 espèces proches, apparaît en 1973. Pourtant, la naissance du premier marlot est quelque peu involontaire. Ses parents étaient Macho, un mâle margay, et Cha-Cha, une femelle ocelot de petite taille, élevée comme animaux de compagnie par la même personne. Un premier marlot, mâle, naît en 1976. Precious , une femelle marlot, naît l'année suivante. Elle avait les grands yeux du margay, une pelage plus foncé que celui du margay et une queue relativement courte, comme celle d'un ocelot. Un troisième marlot, Baby, est mentionné en 1980.
Cette hybridation était sensée impossible, ocelot et puma n'ayant pas le même nombre de chromosomes, et pourtant l'ocema existe. 4 portées sont nées, en 1989, 1990, 1991 et 1992, dans une collection privée. Tous les petits sont morts. L'expérience s'est reproduite plus tard en Guyane française. Par manque de place, un mâle ocelot et une femelle puma furent placés dans la même cage en attendant mieux. Une première portée de 3 petits est née. Leur mère n'ayant pas de lait, ils sont morts rapidement. Une deuxième portée de 5 petits est née, et ils ont cette fois été nourris au biberon. Ces ocemas sont toujours visibles aujourd'hui au zoo de Guyane. Ils sont de taille et d'apparence intermédiaire entre ocelot et puma, plus massifs qu'un ocelot mais plus longilignes qu'un puma. Ils ont le pelage beige du puma, tacheté de brun.

"Ocema1" by Lebrouillard - Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ocema1.JPG#/media/File:Ocema1.JPG

Des hybrides d'ocelot et de chat domestique existent également. Leur création est plutôt récente. Leur stature est intermédiaire entre l'ocelot et le chat domestique et leur pelage marqué d'ocelles. Ils gardent certaines caractéristiques comportementales de l'ocelot, comme par exemple son amour de l'eau. Ce sont de grands hybrides, plus proches en taille de l'ocelot que du chat domestique. 

Proies


L'ocelot est un opportuniste : petits mammifères ( rongeurs, lapins, opossums . . . ), petits reptiles, oiseaux, poissons . . . tout ce qui est plus petit que lui est bon à prendre ! C'est un chasseur solitaire et essentiellement nocturne. D'après certaines études, il semblerait que l'ocelot traque surtout ses proies à l'odeur, fait assez inhabituel pour un félin, mais comme tous ses cousins il possède aussi une excellente vue et une ouïe affûtée.

Face au jaguar


Le mot ocelot vient du Nahuatl " ocelotl " qui désigne en fait plutôt . . . le jaguar ! Comme lui, l'ocelot est tacheté, et on peut les rencontrer dans les mêmes milieux. Le jaguar est le plus grand félin d'Amérique, et en tant que super-prédateur il lui arrive de tuer d'autres carnivores. Il est particulièrement friand de la chair de l'ocelot. On a ainsi déjà vu un jaguar guetter au pied d'un arbre le moment où descendrait l'ocelot qui s'y était réfugié, et un autre tenant dans sa gueule le cadavre d'un ocelot qu'il venait de tuer.

Effectifs


Bien qu'ayant subi il y a quelques décennies de fortes baisses de population dues aux activités humaines, l'ocelot reste relativement répandu sur la majeure partie de son aire de répartition. Il reste assez commun en Amérique du Sud et en Amérique centrale, mais est en revanche devenu rare dans le Nord de son habitat. On ne compterait plus qu'une centaine d'ocelots au Texas. Au total, le nombre d'ocelots à l'état sauvage est aujourd'hui estimé entre 800 000 et 1,5 million. Ces estimations allaient jusqu'à 2 millions il y a encore quelques années. La population d'ocelots continue de décliner, principalement en raison d'une chasse trop importante et de la destruction de son habitat.

Jeune ocelot de 5 mois, Zoo de la Flèche - Tous droits réservés

 

Une trop belle fourrure


L'ocelot est considéré comme un des félins ayant la plus belle fourrure. Son pelage au fond fauve, plus clair sur le dessous, est orné d'ocelles étirées horizontalement. Ses pattes sont tachetées et sa queue annelée de noir. Le revers des oreilles est noir, marqué d'une tache blanche.
Cette belle fourrure a valu à l'ocelot d'être chassé, trop chassé. Au plus fort de ce commerce, dans les années 1960 et 1970, plus de 200 000 peaux d'ocelots étaient vendues chaque année. Tout cela est aujourd'hui interdit, l'ocelot étant classé en annexe 1 de la Cites, mais le braconnage pour sa fourrure reste une menace non négligeable pour l'espèce.

 

L'ocelot et l'homme


L'ocelot est répandu dans la majeure partie de l'Amérique du Sud et au Nord jusqu'au Texas. Il est bien connu des hommes de ces régions et ce depuis longtemps. Il est fort probable que, à l'instar du margay et du jaguarondi, l'ocelot aie été apprivoisé par certains peuples amérindiens. Certaines tribus allaient jusqu'à le vénérer, ainsi les Moche du Pérou, qui l'ont souvent représenté dans leur art.
Plus récemment, on a aussi vu des ocelots apprivoisés. Jusque dans les années 1980, c'était parfaitement légal. Le peintre Salvador Dali se déplaçait ainsi rarement sans son ocelot, nommé Babou. Ce genre de choses est beaucoup moins fréquent aujourd'hui. Trop de jeunes ocelots ont été pris à la nature, et parfois maintenus dans des conditions déplorables. Les ocelots se rencontrent aujourd'hui en captivité essentiellement dans les zoos, où ils sont selon la base ISIS un peu plus de 250 en 2010 dans le monde.
L'homme a pu respecter l'ocelot ou l'apprivoiser, mais c'est aussi et surtout son principal prédateur. Pour le trafic d'animaux de compagnie exotiques, pour sa fourrure, par la destruction de son habitat, l'homme a causé la mort de centaines de milliers d'ocelots ces dernières décennies. Si ce félin est considéré comme moins en danger qu'il y a 20 ans, sa population continue de décliner.

Ocelot, Zoo de la Flèche - Tous droits réservés

Commentaires (1)

1. #YOLO 23/07/2016

Les ocelots sont superbes, c'est dommage qu'ils se font chassés...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site