$(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

Jaguar

Hors deux Wikimedia commons, Photos par votre webmastrice et ses co-administrateurs Gaëlle Denis et Nicolas Clément. Tous droits réservés

Le jaguar

Jaguar, Anvers - Tous droits réservés

Classification


Le jaguar est l'unique représentant du genre Panthera en Amérique aujourd'hui. Les plus anciens fossiles de jaguar datent de presque 2 millions d'années. Ce sont ceux d'une sous-espèce de grande taille, Panthera onca augusta, presque 2 fois plus grosse qu'un jaguar moyen d'aujourd'hui. Certains fossiles d'espèces anciennes, comme Panthera spelaea ( le lion des cavernes ) ou Panthera gombazsoegensis ( le jaguar européen ), possédant des caractéristiques communes au lion et au jaguar ( espèces fossiles plus proches de l'une ou l'autre de ces espèces actuelles toutefois ), laissaient supposer une parenté entre ces 2 grands félins. La génétique a démontré que le jaguar faisait bien partie de la même lignée que le lion et la panthère, qui s'est distinguée de celle du tigre et de la panthère des neiges il y a un peu plus de 2 millions d'années. La génétique nous montre également que malgré ce qu'on a pu penser par le passé en raison des fortes variations physiques présentent géographiquement, il n'existe pas à proprement parler de sous-espèces de jaguar. Le nom scientifique du jaguar est Panthera onca.

Jaguar, Paris - Tous droits réservés

 

La puissance du jaguar


Le jaguar est de tous les félins celui qui est capable des plus puissantes morsures. Il est capable de broyer des os, percer les crânes de ses proies et même des carapaces de tortues, d'un coup de crocs. Parmi les mammifères, seule la hyène tachetée peut mordre plus fort qu'un jaguar, et la morsure du jaguar est 2 fois plus puissante que celle du lion. Comparativement à la taille, la morsure de la panthère nébuleuse est presque aussi puissante que celle du jaguar, et ces 2 félins devancent les plus imposants de la famille, lion et tigre. Jaguar et panthère nébuleuse partagent d'ailleurs la même façon de mordre. Ils tuent leur proie en lui transperçant le crâne d'une morsure, technique qu'ils sont les seuls parmi les félins à utiliser couramment ( les autres félins préfèrent mordre au cou ).
Mais la puissance du jaguar ne réside pas que dans ses mâchoires. Doté d'une musculature particulièrement massive, il est capable d’impressionnantes épreuves de force. On a ainsi vu un jaguar traîner un cheval sur 80 mètres avant de traverser une rivière avec sa proie dans la gueule ! Un autre a traîné un taureau de 360kg sur 8 mètres pour le mettre à couvert. Le jaguar est capable de venir à bout d'animaux jusqu'à 4 ou 5 fois plus lourds que lui, bien qu'il chasse seul.

Jaguar noir, Paris - Tous droits réservés

 

Du noir au blanc


Le jaguar est normalement d'un fauve plus ou moins soutenu, marqué de noir, et de brun à l'intérieur des ocelles. Le menton, le poitrail et le ventre sont plus clairs, blanc à crème. Mais comme c'est le cas chez d'autres félins, certains jaguars ne correspondent pas au schéma de couleur du pelage caractéristique de leur espèce. On trouve par exemple des jaguars pseudo-mélaniques, dont les taches élargies donnent une tonalité plus foncée à la fourrure du félin. Mais d'autres aussi.

Jaguar, Paris - Tous droits réservés


Le plus connu des pelages atypiques chez le jaguar est le noir. Comme pour les autres félins noirs, la mutation des jaguars noirs est le mélanisme. Leur pelage est plus foncé que le normale, mais conserve ses marquages, visibles dans la lumière. A contrario d'autres félins mélaniques comme la panthère noire, où le mélanisme est récessif ( les 2 parents doivent être porteurs de la mutation ), il est dominant chez le jaguar. Si l'un des parents est noir, même si l'autre n'est pas porteur de la mutation, les petits pourront être noirs. Mais 2 jaguars de couleur normale n'auront normalement pas de petits noirs. Un jaguar noir porteur des 2 copies du gène responsable de la mutation sera d'un noir soutenu, et porteur d'une seule copie il sera d'un noir virant au gris sombre, charbonneux. On estime que 6% des jaguars sauvages sont noirs.

Jaguar noir, Paris - Tous droits réservés


Moins connus sont les jaguars blancs. On a reporté 2 sortes de cas. Des jaguars au pelage d'un blanc-gris très clair, aux marquages pâles mais bien visibles, peut être leucistiques, et des jaguars d'un blanc quasi-uni, dont les marquages extrêmement pâles ne sont visibles qu'en pleine lumière, supposés albinos ( ce type de pelage se retrouve en effet chez les spécimens de panthère albinos ). Surnommés " ghost jaguars " ( " jaguars fantômes " ), les jaguars blancs sont très rares. Contrairement aux jaguars noirs, leur pelage les désavantage fortement dans leur milieu, et la plupart n'atteignent pas l'âge adulte.

Hybrides


Jazhara et son frère fauve, Tsunami, sont ce qu'on appelle des jaglions, hybrides nés d'une lionne et d'un jaguar mâle. Dans leur cas, la lionne, Lola, et le père, un jaguar noir nommé Diablo, ont été élevés ensemble et sont devenus très proches, à un point qu'il est devenu impossible de les séparer ou alors la lionne se laissait dépérir. Ils étaient tout de même séparés durant les périodes de chaleur de la lionne. C'est donc involontairement et dans la plus grande surprise que sont nés en avril 2006 les 2 jaglions. Ils sont plus grands que des jaguars, de stature à mi-chemin entre celles du lion et du jaguar. Tsunami arbore un pelage fauve comme celui du lion, tacheté de brun, tandis que celui de sa soeur est gris foncé virant au noir, tacheté de noir. Ils sont les seuls jaglions recensés. On peut les voir au Bear Creak Wildlife Sanctuary, à Barrie, au Canada. Le mâle est stérile et la femelle théoriquement fertile.
Lepjag et jagupards sont issus du croisement du jaguar et de la panthère. On parle de lepjag ( ou leguar ) quand le père est une panthère et de jagupard ( ou jagulep ) quand celui-ci est un jaguar. Les premiers cas sont reportés dès le XIXème siècle, mais la plupart des naissances ont eu lieu depuis les années 1960. Le cas le plus récent est celui d'une femelle lepjag née dans un zoo mexicain en 2010. Lepjag et jagupard sont d'apparence et de taille intermédiaire entre panthère et jaguar, mais de taille toutefois plus proche du jaguar. Ces hybrides grandissent plus vite que de jeunes panthères. Les mâles sont stériles et les femelles fertiles.
On trouve aussi des hybrides plus complexes. On compte ainsi des cas de femelles lepjag ayant donné naissance à des petits ayant pour père un jaguar. Un cas de croisement entre une femelle lepjag et un lion est également recensé. L'hybride en question est un lijagulep. On recense un cas en 1908, et le supposé " jaglion " naturalisé au musée anglais de Tring ( en photo ) est en fait plus probablement ce lijagulep.

"Jaglion" by Sarah Hartwell (Messybeast) - Own work. Licensed under CC BY 2.5 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jaglion.jpg#/media/File:Jaglion.jpg

 

La couleur des hybrides


La plupart des pelages atypiques chez les félins semblent liés à des gènes récessifs. Pour que le petit présente la coloration atypique ( blanc, noir . . . ), les 2 parents doivent posséder le gène de la mutation. Les seuls félins hybrides recensés sont des hybrides de jaguar. Pourquoi ? Le fait est que contrairement à d'autres félins, chez le jaguar le mélanisme, mutation qui donne le pelage noir, est dominant. Un jaguar mélanique sera d'un noir soutenu si ses 2 parents possèdent le gène de la mutation, et d'un gris charbonneux tirant sur le noir si un seul de ses parents l'a. Dans le cas des lepjags, hybrides de panthère et de jaguar, plusieurs lepjags dont le parent jaguar était noir sont nés noirs, mais pas du noir soutenu des panthères noires, plutôt de celui des jaguars possédant une seule copie du gène décidant du mélanisme. On recense aussi ce cas chez le jaglion, hybride de jaguar et de lion. Et comme pour les jaguars, 2 petits d'une même portée peuvent être de couleur différente. C'est ainsi le cas pour les jaglions nés en 2006, et dont le père est un jaguar noir : Tsunami, le mâle ( en photo ) est de couleur " normale ", tandis que sa soeur Jazhara est mélanique !

Cycle de vie


Les jaguars vivant dans des contrées chaudes, ils peuvent se reproduire toute l'année. On observe toutefois des pics dans certaines régions, lorsque les proies se font plus abondantes. Les petits naissent après une période de gestation de 93 à 107 jours. La portée compte de 1 à 4 jeunes jaguars, généralement 2. Les petits ouvrent les yeux à 2 semaines, sont sevrés à 3 mois et commencent à accompagner leur mère à la chasse vers 6 mois. Les petits peuvent quitter leur mère dès 1 an, d'autres resteront 2 ans avec elle. Les femelles atteignent leur maturité sexuelle vers 2 ans, les mâles entre 3 et 4 ans. Dans la nature, une femelle s’accouplera en moyenne 4 fois au cours de sa vie, avec un intervalle de 2 ans entre chaque portée. Un jaguar vit en moyenne 12 à 15 ans à l'état sauvage. Le record connu, 16 ans, est détenu par un mâle nommé Macho B, dernier jaguar sauvage recensé aux Etats-Unis, décédé en 2009. En captivité, le jaguar est un des félins qui vit le plus longtemps, pouvant atteindre jusqu'à 23 ans.

Jaguars noirs, Beauval - Tous droits réservés

 

Un amoureux de l'eau


Si on peut trouver des jaguars dans les milieux de savane d'Amérique du Sud, ce n'est pas là le territoire de prédilection de ce félin. Que ce soit en Amazonie, dans le Pantanal ou encore dans les Ilanos, la plupart des jaguars vivent dans des milieux inondés une partie de l'année. Rien d'étonnant donc à ce que le jaguar aime l'eau. L'eau le désaltère, il peut s'y baigner lorsqu'il fait chaud, et elle lui fournit également des proies. Le jaguar est capable de pêcher, et il apprécie également les reptiles aquatiques comme les tortues ou les caïmans. Au plus fort de l'inondation, quand les eaux de l'Amazone par exemple peuvent monter de plus de 19 mètres, il rejoint des terrains restés secs. Mais il n'en reste pas moins que le domaine de prédilection du jaguar reste les milieux tropicaux humides.

"Jaguarwater" by Roshan Rao - http://www.flickr.com/photos/roshan_photos/2810397714/. Licensed under CC BY 2.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jaguarwater.jpg#/media/File:Jaguarwater.jpg

 

Proies


Le jaguar est un prédateur opportuniste qui tuera ce qu'il trouve. Cerfs, capybaras, pécaris, tapirs, renards, autres félins ( en particulier ocelot, voir le paragraphe sur le sujet ), paresseux, grenouilles, poissons, rongeurs, oiseaux, tortues . . . de très nombreuses proies figurent au menu du jaguar. Le jaguar se spécialise parfois dans la chasse des reptiles, et il est ( outre l'homme ), le seul prédateur des caïmans et anacondas adultes. Ce sont ses mâchoires très puissantes qui lui permettent de venir à bout des carapaces de tortue ou de la dure peau des caïmans adultes. Près des zones d'élevage, il peut arriver que le jaguar s'attaque à des animaux domestiques comme le chien, la vache ou le cheval. Cela lui vaut une mauvaise réputation auprès des éleveurs. Certains estiment aussi le jaguar dangereux, mais il est extrêmement rare que ce félin attaque l'homme. Le jaguar partage avec la panthère nébuleuse la particularité de souvent tuer ses proies en leur perforant le crâne d'une morsure.

Jaguar, Paris - Tous droits réservés

 

Prédateur d'autres félins


Comme la plupart des plus grands prédateurs, ceux qui sont au sommet de la chaîne et qu'on nomme super-prédateurs, le jaguar chasse d'autres carnivores. Parmi ses proies figurent d'autres félins. Puma, ocelot et jaguarondi entrent parfois en compétition avec le jaguar pour certaines proies. Le jaguar n'hésite donc pas à éliminer un de ses concurrents s'il en rencontre un, surtout si il y gagne un repas ! Des autres félins sud-américains, le plus chassé par le jaguar est sans doute l'ocelot. On a ainsi déjà vu un jaguar guetter au pied d'un arbre le moment où descendrait l'ocelot qui s'y était réfugié, et un autre tenant dans sa gueule le cadavre d'un ocelot qu'il venait de tuer. Le puma, bien que plus petit dans les régions où il cohabite avec le jaguar, est le plus susceptible d'entrer en compétition avec son cousin. Le jaguar peut aussi parfois chasser le puma. On a par exemple découvert un lieu où un jaguar et un puma s'étaient battus. Il ne restait presque rien du puma, que le jaguar avait tué et dévoré. Autre fait, les jaguars mangent parfois d'autres jaguars . . . Il s'agit généralement de mâles tuant des petits. A l'instar du lion en Afrique, il s'agit probablement d'un comportement d'auto-régulation de l'espèce, afin d'éviter d'avoir un trop grand nombre de jaguars en un même lieu. Pour un mâle, éliminer les petits d'une femelle peut aussi inciter celle-ci à s'accoupler de nouveau.

Jaguar, Paris - Tous droits réservés

 

Le saviez-vous ?


La classification des différentes sous-espèces de lion des cavernes ont longtemps été très discutées. Peut être encore plus pour le lion d'Amérique que pour les 3 autres ! Car si il fait davantage penser à un lion ( et les représentation de la sous-espèce européenne dans les grottes par nos ancêtres dépeignent à coup sûr des félins d'apparence léonine ), le plus grand des félins ayant existé partage aussi des caractéristiques communes avec le tigre et . . . le jaguar ! Il a même été proposé un temps de nommer le lion d'Amérique Panthera onca atrox ( jaguar : Panthera onca ; lion : Panthera leo ) ! Il est toutefois aujourd'hui établi que le lion des cavernes est une espèce à part, Panthera spelaea, et le nom scientifique du lion d'Amérique est donc Panthera spelaea atrox. S'il a des ressemblances avec le jaguar, ce n'en est pas un ! A la même époque que ce lion géant vivait toutefois aussi un jaguar géant, Panthera onca augusta, presque 2 fois plus gros qu'un jaguar actuel de taille moyenne, avec un poids estimé à 250kg ! ( voir article " Les géants de l'âge de glace " sur le site ! )
 

"Panthera onca augusta" by Ghedoghedo - Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Panthera_onca_augusta.JPG#/media/File:Panthera_onca_augusta.JPG


 

Le plus grand félin du Nouveau Monde


Le jaguar est le plus grand mammifère prédateur d'Amérique du Sud, le plus grand félin d'Amérique ( suivi de près par le puma ) et le troisième plus grand félin au monde ( premier et deuxième : le tigre et le lion ). Dans son milieu il ne peut être confondu avec aucun autre félin, les autres félins tachetés américains ( ocelot, margay . . . ) étant beaucoup plus petits. Quant à sa proche parente la panthère, tachetée aussi mais à la stature plus élancée, qu'on confond souvent avec, elle vit en Afrique et en Asie. Le jaguar occupe une large aire de répartition, plusieurs milieux, et la taille des individus peut beaucoup varier. Selon les régions et le sexe, la taille d'un jaguar peut varier de à peine 1 mètre 60 à presque 3 mètres de long ! Dont 43 à 80 cm pour la queue, et le jaguar mesure de 66 à 76 cm au garrot. Les mâles sont 10 à 20 % plus grands que les femelles. Le poids varie aussi énormément. Le poids moyen de l'espèce est de 56 à 96 kg. Mais certaines femelles atteignent à peine 30kg ( plus petits mâles : 36kg ) et le record connu est celui d'un mâle de 159kg ! C'est le poids d'une lionne de belle taille. Les jaguars sont en général plus imposants dans les milieux ouverts que dans les forêts. Les plus grands sont ceux du Pantanal, qui dépassent fréquemment 100kg.

"Jaguar (Panthera onca palustris) male Three Brothers River" by Charlesjsharp - Own work, from Sharp Photography, sharpphotography. Licensed under CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jaguar_(Panthera_onca_palustris)_male_Three_Brothers_River.JPG#/media/File:Jaguar_(Panthera_onca_palustris)_male_Three_Brothers_River.JPG

 

Le déclin du félin


On parle assez peu des jaguars. Pourtant, il serait temps de nous soucier d'eux. Prisé pour sa peau, le jaguar est victime du braconnage. Il est aussi souvent tué, légalement ou non, lorsqu'il s'approche trop près du bétail. De plus, son habitat disparaît à une vitesse alarmante, grignoté par les activités humaines. Le jaguar a déjà perdu près de 37% de son aire de répartition historique, ce à quoi il faut ajouter que sur 18% de cette aire de répartition on ignore la situation exacte du jaguar. Le jaguar a déjà totalement disparu de certains pays. Il est devenu très rare au Nord du Mexique, et le dernier jaguar des Etats-Unis, un vieux mâle surnommé Macho B, est décédé en 2009. On ignore combien il reste exactement de jaguars dans la nature. Ce dont on est malheureusement sûr, c'est que le plus grand félin du Nouveau Monde est en déclin.

Jaguar, Parc des Félins - Tous droits réservés

Commentaires (3)

1. leroy 05/10/2012

jaime les animaux

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site