$(document).ready(function(){ accordeong(); chargementmenu(); });

Bobcat

Hors Wikimedia commons, Photos par mon co-administrateur Nicolas Clément. Tous droits réservés

le bobcat

Bobcat, Parc des Félins - Tous droits réservés Nicolas Clément

 

Classification


L'ancêtre des 4 espèces actuelles de lynx était le lynx d'Issoire ( Lynx ossiorodensis ) apparu dans l'ancien monde, encore proche de la lignée du chat sauvage. En Europe, le lynx d'Issoire a évolué vers le lynx des cavernes, qui a donné ensuite le lynx pardelle, puis le lynx boréal. En Amérique du Nord, le lynx d'Issoire a évolué vers le bobcat il y a 2,5 à 2,4 millions d'années. Le bobcat est donc plus ancien que l'autre espèce américaine de lynx, le lynx du Canada. Le bobcat, ou lynx roux, est sans doute des 4 lynx celui resté le plus proche de leur ancêtre commun, car c'est le plus ancien et probablement le seul directement issu du lynx d'Issoire. Le nom scientifique du bobcat est Lynx rufus. Occupant une large aire de répartition et ce depuis longtemps, le bobcat compte pas moins de 12 sous-espèces, essentiellement établies sur des critères géographiques :
- Lynx rufus baileyi : sud-ouest des États-Unis et nord-ouest du Mexique.
- Lynx rufus californicus : Californie, ouest de la Sierra Nevada.
- Lynx rufus escuinipae : Centre du Mexique, et une extension au nord le long de la côte Ouest du sud du Sonora.
- Lynx rufus fasciatus : Oregon, Washington, ouest de la chaîne des Cascades, nord-ouest de la Californie et sud-ouest de la Colombie-Britannique.
- Lynx rufus floridanus : sud-est des États-Unis et vallée du Mississippi, jusqu’au sud-ouest du Missouri et le sud de l’Illinois.
- Lynx rufus gigas : du nord de l’État de New York à la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.
- Lynx rufus oaxacensis : Oaxaca.
- Lynx rufus pallescens : nord-ouest des États-Unis et sud de la Colombie-Britannique, Alberta et Saskatchewan.
- Lynx rufus peninsularis : Basse-Californie.
- Lynx rufus rufus : Centre-est des États-Unis.
- Lynx rufus superiorensis : ouest des Grands Lacs, en incluant le Michigan, le Wisconsin, le sud de l’Ontario et une grande partie du Minnesota.
- Lynx rufus texensis : ouest de la Louisiane, Texas, centre de l’Oklahoma et sud de Tamaulipas, Nuevo León, et Coahuila.

By Bighouse2015 - Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=49318826

 

Étymologie


Le bobcat possède plusieurs autres noms. Il doit ceux de lynx roux et lynx bai à son pelage, qui est le plus souvent gris roux ( couleur aussi appelée " bai " ). On retrouve cette référence à la couleur de la fourrure dans le nom scientifique du bobcat, Lynx rufus, le mot rufus désignant en effet la couleur rousse en latin. En Amérique du Nord, en particulier au Canada, on l'appelle aussi chat sauvage, le distinguant ainsi du lynx du Canada, alors simplement nommé lynx. On retrouve cette référence au chat dans le terme de bobcat. Le mot bobcat vient en effet de l'anglais, et est la contraction de " bobtail cat ", soit " chat à queue courte ", en référence à la courte taille de la queue de ce félin.

By Vachovec1 - Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50770862

 

Une grande variété de couleurs


Le bobcat possède une grande variété de couleurs sur son aire de répartition plutôt vaste. Le fond du pelage varie du gris à une teinte presque rousse, en passant par diverses nuances de gris roux. Le dessous est plus clair, crème à blanc. Le pelage est orné de motifs eux aussi très divers. Il peut s'agir de taches ou d'ocelles, plus ou moins grandes, et certains spécimens ont même une fourrure quasiment uniforme. Les marquages varient du noir au roux, en passant par le brun. Les bobcats du Nord seront souvent plus foncés, car vivant en forêt, tandis que ceux du Sud, habitants de régions désertiques, seront plus clairs. Contrairement aux autres lynx, le bobcat n'a pas l'extrémité de la queue noire. Sa courte queue n'est ornée de motifs que sur le dessus, et le dessous est blanc. Le revers des oreilles est foncé et les pinceaux de poils noirs.

By Bill W Ca at English Wikipedia, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17927312

Le bobcat connaît une grande variété de colorations selon le milieu dans lequel il vit, mais on connaît aussi chez lui des mutations du pelage. Rares sont les bobcats albinos, complètement blancs, avec les yeux roses. On recense toutefois de plus en plus de spécimens. On connaît aussi à l'inverse des bobcats mélaniques, eux entièrement noirs. La plupart des observations ont lieu en Floride, où plusieurs spécimens ont d'ailleurs déjà été capturés. Le dernier capturé, un jeune mâle, l'a été en 2007 et il a été étudié avant d'être relâché. On prend parfois, de loin, ces bobcats noirs de Floride pour des pumas noirs. Des observations de bobcats noirs auraient aussi eu lieu au Québec, mais l'existence de ces spécimens canadiens mélaniques n'est aujourd'hui pas prouvée.

 

Hybrides


On connaît plusieurs hybrides de bobcat. Le plus connu est le blynx, issu du croisement entre le bobcat et lynx du Canada. En 2003, des analyses génétiques sur plusieurs individus ont prouvé l'existence d'une hybridation naturelle entre le bobcat et le lynx du Canada, même si ces hybrides étaient connus depuis déjà plusieurs années ( un mâle a été capturé puis relâché en 1998 ). Ces blynx ont une allure générale plus proche de celle du lynx du Canada, trapus, avec de larges pattes, une fourrure épaisse et des favoris développés, mais avec les taches du bobcat. Certains individus ressemblent toutefois davantage à des bobcats. Ces hybrides ont été signalés sur toute l'air de répartition commune du bobcat et du lynx du Canada, sur le Nord des Etats-Unis et le Sud du Canada. Il est possible que ces hybrides aie pour origine la raréfaction régionale d'une des 2 espèces. En manque de partenaires de sa propre espèce, bobcat ou lynx du Canada, l'animal s'accouple avec un individu de l'autre espèce, créant ainsi des hybrides. Les blynx mâles sont stériles et les femelles fertiles.

By "Mike" Michael L. Baird, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18376776


L'ocebob est l'hybride entre un ocelot mâle et un bobcat femelle. A la fin des années 1960, un éleveur du Texas se spécialise dans l'élevage d'ocebobs. Les parents de ces félins sont un mâle ocelot, Seymour, venu du Mexique, et une femelle bobcat du Texas. La première naissance a lieu en 1966 avec un mâle, Bruni. Un des ocebobs sur lequel on a le plus d'information est un mâle, Fenwick, né 1967. Fenwick était un félin élancé, décrit comme élégant, tacheté comme un ocelot, avec une queue légèrement plus longue que celle d'un bobcat et de courts pinceaux de poil aux oreilles. Ses propriétaires espéraient qu'il ait une portée avec leur femelle puma, McCavity, pour créer un nouvel hybride, mais Fenwick, comme la quasi totalité des félins hybrides mâles, s'est avéré stérile. Une femelle, Maggie, est née en 1970.
Des cas d'hybridation naturelle entre des chattes domestiques et des bobcats ont été signalés à plusieurs reprises aux Etats-Unis et le sont toujours régulièrement. Ces chats sont de grandes tailles, avec des pattes larges et des pinceaux de poils aux oreilles. La légende veut que le pixie-bob, grand chat aux allures de lynx, soit issus de telles unions. Toutefois, ce n'est pas prouvé ( du moins pas pour tous ). Caractéristiques de la race, la polydactilie ( doigts surnuméraires ) et la grande taille le sont aussi de nombreux chats de ferme américains. Quant à la queue courte du pixie-bob, d'autres races ( american bobtail, kurilian bobtail, . . . ) la possèdent aussi sans pour autant être des hybrides de lynx. Par ailleurs, certains pixie-bob ont une longue queue.

Par en:User:AristotlesPride — en wikipedia, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=788485

 

Athlétique comme un bobcat


Le bobcat est un lynx typique, avec ses favoris, ses pinceaux de poils aux oreilles ( favoris et pinceaux sont toutefois plus courts que chez les autres lynx ), ses longues pattes, sa queue courte et ses 28 dents au lieu des 30 habituelles des félins. Mais de tous les lynx, c'est lui qui est peut être le plus agile. Rapide et endurant, il est capable de parcourir près de 40 km en une seule nuit à la recherche de proies, bien qu'il ne parcourt le plus souvent qu'entre 3 et 11 km par nuit. Ses pattes arrières musclées, plus longues que les pattes avants, qui lui confèrent sa démarche, font de lui un sauteur hors pair. Le bobcat est également un excellent grimpeur et un bon nageur.

By NASA - http://www.nbbd.com/photos/Animals2/, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=124557

 

Pas toujours le chasseur


Le bobcat est le plus petit félin sauvage d'Amérique du Nord, et de fait, plusieurs autres espèces de carnivores sur son aire de répartition sont plus grands que lui et peuvent le menacer. Pumas et loups peuvent à l'occasion tuer un bobcat adulte. Les coyotes s'attaquent autant aux adultes qu'aux petits. Les chatons sont aussi parfois la proie des chouettes, des aigles ou des renards. La relation qu'entretient le bobcat avec son proche parent le lynx du Canada est plus complexe : il arrive qu'ils entrent en compétition alimentaire, entraînant ainsi un conflit entre les deux espèces de lynx, mais parfois aussi, lorsque l'un ou l'autre se raréfie, ils peuvent s'accoupler entre eux, donnant naissance à un hybride appelé blynx.
Mais ces conflits avec d'autres prédateurs ne menacent pas le bobcat. Le principal prédateur de ce petit lynx reste l'homme. La chasse du bobcat est autorisée sur presque toute son aire de répartition. Près de la moitié des décès de bobcats dans certaines régions sont dus à la chasse. Les routes font également nombre de victimes.

By [2] - [1], CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=45362199

 

Proies


A contrario du très spécialisé lynx du Canada, l'autre lynx américain, le bobcat, est lui un prédateur opportuniste. Ses proies favorites sont les petits mammifères faisant entre 600g et 6 kg, comme les lièvres, lapins ou rats. Il chasse aussi de plus petites proies, comme les petits rongeurs, les oiseaux, et sait aussi pêcher afin de se nourrir de poisson. Parfois proie de carnivores plus grands, lui même attaque de plus petits prédateurs s'il en a l'occasion, comme le renard, le vison ou la moufette. Les faons peuvent aussi figurer à son menu. Lorsque les petites proies se font rares, il arrive que le bobcat s'attaquent aux cerfs adultes, pouvant pourtant faire jusqu'à 8 fois le poids du félin.
Le bobcat s'en prend aussi régulièrement aux animaux domestiques, ce qui lui vaut des conflits avec l'homme. Petits chiens, chats domestiques, volailles, mais surtout moutons et chèvres peuvent devenir ses proies. L'impact du bobcat reste toutefois peu élevé, le petit lynx étant estimé responsable d'un peu moins de 5% des attaques de prédateurs sur le petit bétail en Amérique du Nord, et le chiffre réel est probablement encore moindre, car en bon opportuniste, le bobcat n'hésite pas à se faire charognard s'il trouve une carcasse abandonnée par un autre prédateur.

By Linda Tanner - originally posted to Flickr as Bobcat With Bunny For Breakfast - Explore 7/24/10 #159, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12181536

 

Cycle de vie


Chez le bobcat, les naissances ont lieu en avril ou mai, après 60 à 70 jours de gestation. La portée compte de 1 à 6 chatons, mais généralement 2 à 4. Les petits ouvrent leurs yeux à 9 ou 10 jours et commencent à explorer les alentours de la tanière à la fin de leur premier mois. Ils sont sevrés vers 2 mois, et débutent leur apprentissage de la chasse en suivant leur mère entre 3 et 5 mois. A l'automne, âgés de 6 à 8 mois, ils commencent à chasser seuls. Les jeunes quitteront généralement leur mère avant l'hiver, même si on en a observé restant avec elle jusqu'au printemps suivant. Une fois leur territoire établi, passé l'âge d'un an, ils pourront à leur tour avoir des petits. Une femelle n'a généralement qu'une seule portée par an, mais il arrive parfois qu'elle en ai une deuxième, pouvant naître aussi tard que septembre, en particulier si elle a perdu la première. L'existence d'un bobcat est difficile, et rare sont les individus dépassant 10 ans, l'espérance de vie moyenne à l'état sauvage étant de 6 à 8 ans. En captivité, il peut atteindre 25 ans. Les records sont de 16 ans dans la nature et 34 ans en captivité.

By Summer M. Tribble (daughter of David R. Tribble) - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20098343

 

Un félin adaptable


Le bobcat est un des félins sauvages dont les effectifs sont les plus nombreux, non sans raisons. Non seulement prédateur opportuniste, capable de chasser de l'insecte jusqu'au cerf, le bobcat est aussi très adaptable en matière de milieu. On le rencontre du Sud du Canada au Nord jusqu'au centre du Mexique au Sud, et dans presque tous les États-Unis. Il préfère la forêt, mais on le rencontre aussi en montagne, dans les régions marécageuses et même les déserts. Son apparence change selon le milieu dans lequel on le rencontre, afin de mieux se camoufler : les bobcats du Nord seront plus grands et plus foncés, avec une fourrure épaisse pour se protéger du froid l'hiver, ceux du Sud seront plus petits et plus clairs, avec un pelage plus court.

By http://www.ForestWander.com, CC BY-SA 3.0 us, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=21458738

 

Le plus petit des lynx


Le bobcat est le plus petit félin sauvage d'Amérique du Nord et la plus petite des quatre espèces de lynx. Il est toutefois en moyenne 2 à 3 fois plus gros qu'un chat domestique. Le bobcat peut faire de 75cm à 1m45 de long environ, avec une moyenne avoisinant 1 mètre, dont 9 à 20 cm pour la queue courte. Plutôt haut sur pattes, il fait de 30 à 60 cm au garrot. Le poids varie chez les femelles de 4 à 15,3 kg, pour une moyenne de 6,8 kg. Les mâles sont plus gros, allant de 6,4 à 18,3 kg, 9,6 en moyenne, mais le plus grand bobcat examiné par des scientifiques faisait 22kg. On a aussi recensé des spécimens, plus rares, faisant jusqu'à 27kg.

By Don DeBold from San Jose, CA, USA - Calero Creek Trail Bobcat, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3355661

 

Bobcat et culture


Le bobcat est une figure importante, et pourtant méconnue dans notre culture, du folklore nord-américain, étant le félin sauvage le plus répandu du continent. Dans le culture amérindienne, le bobcat est souvent associé au coyote : les deux animaux représentent respectivement le vent et le brouillard, deux éléments considérés comme opposés. Comme le coyote, le bobcat figure aussi dans les mythes amérindiens, où il est souvent représenté comme un être plutôt rusé, mais pas toujours. Une histoire raconte ainsi l'origine supposée des taches du bobcat. Dans une légende des indiens Shawnee, le bobcat, un des protecteurs de l'étoile du matin, se fait berner par un lapin. Alors que le bobcat tenait le lapin, ce dernier lui propose d'allumer un feu pour le rôtir. Tandis que le bobcat allume son feu, le lapin s'échappe et éparpillent les braises qui marquent ainsi de taches sombres le pelage du félin.

Bobcat, Parc des Félins - Tous droits réservés Nicolas Clément

 

Bobcats des villes


Le bobcat est le félin sauvage le plus répandu d'Amérique du Nord. Très adaptable, son expansion trouve surtout ses limites dans la concurrence exercée avec d'autres félins de taille analogue, auxquels il finit par céder la place : lynx du Canada au Nord, ocelot et jaguarondi au Sud. Sur le reste de son aire de répartition, sans trop de concurrence, le bobcat vit bien. On compterait de 720 000 à 1 million d'individus dans toute l'Amérique du Nord, avec une population globalement stable, ce qui en fait un des félins sauvages les plus prospères. Toutefois, si l'espèce elle même semble en bonne situation, localement, des populations peuvent être en danger, en particulier au Sud de l'aire de répartition, et il ne faut pas oublier que même bien portante aujourd'hui, si le poids de l'expansion humaine se fait trop lourd, la population de bobcats pourrait décliner bien plus vite qu'on ne le croit.

Bobcat, Parc des Félins - Tous droits réservés Nicolas Clément

Déjà, le bobcat se voit priver de plus en plus de territoire sauvage, la nature étant chaque jour davantage rongée par les villes et autres activités humaines. De plus en plus, on voit des bobcats privés de leur territoire originel rôder près des zones urbaines, recherchant de quoi se nourrir. Ils s'enfoncent parfois même dans les agglomérations et peuvent s'y perdre, tels celui retrouvé début 2010 dans un parking souterrain de la ville d'Houston, au Texas. Il a été capturé puis relâché hors de la ville. Ces rencontres sont de plus en plus fréquentes et entraînent parfois des conflits entre humains et félins. Nombre de bobcats trouvent aussi la mort sur les nombreuses routes qui parcourent l'Amérique du Nord ou sous le fusil des chasseurs : on estime que près de la moitié des décès de bobcats sont dus à la chasse.

Bobcat, Parc des Félins - Tous droits réservés Nicolas Clément

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×